conseil en communication

Écoute et action

Il y a deux façon de considérer la fonction de chef de projet.

La première se positionne sous un angle éminemment commercial. Le chef de projet se rend chez son client pour recueillir les informations nécessaires, puis il retourne à son bureau et transmet ces informations à qui de droit. Ensuite, il classe soigneusement son dossier, puis il attend qu’on lui fournisse le résultat demandé avant de provoquer un nouveau rendez-vous. Bien entendu, ce chef de projet considère souvent que son client n’utilise pas toutes les armes dont il aurait besoin pour une pleine réussite et n’a de cesse de lui proposer d’autres actions complémentaires.

La seconde s’envisage sur le terrain du conseil. Le chef de projet considère avec son client tous les aspects du problème qui les réunit. À la suite d’une écoute minutieuse et approfondie, il définit la ou les action(s) à envisager et le budget le mieux adapté à la situation. Le cas échéant, il valide l’option déjà retenue par son client ou lui en propose une qui lui semble plus pertinente. Il avance plusieurs solutions et reste ouvert au dialogue pour aboutir à un résultat qui puisse satisfaire chacun, tant par le budget que par l’efficacité. Bien entendu, ce chef de projet là raisonne relation à long terme, pérennité, et donc réussite et responsabilité.

Dois-je vous préciser où se situe ma préférence ?

La communication à géométrie variable

Comme je crois fermement à la responsabilité individuelle, comme j’ai constaté que chaque action était une action unique, j’ai mis au point un concept-réseau que j’ai nommé la « Communication à géométrie variable » : à chaque mise en place d’un projet, je définis une équipe ad hoc avec compétences optimisées et temps d’intervention bien défini.

Télécharger le dossier