conseil en communication

Le métier de concepteur-rédacteur est finalement mal connu. Et si le mot « rédacteur » parle de lui-même, celui de « concepteur » est bien moins explicite. Il m’a paru nécessaire d’ajouter une page à ce sujet.

Slogan, base line, signature, phrase vocation, claim… autant de termes qui identifient un petit groupe de mots soigneusement choisis pour être accolés à un logo, imprimés sur un document, inscrits sur un site Internet ou présentés sur une affiche. Mais pour obtenir ce petit groupe de mots, on fait comment ? On fouille, on observe, on s’inspire ; on fait appelle à sa culture, à son passé, à la vision qu’on se fait de l’avenir. C’est ça, la conception.

Pour définir un concept, il est indispensable d’effectuer une immersion dans l’univers de l’entreprise ou de la marque qui ont exprimé ce besoin. Mélange de rigueur et de « feeling », ce travail passionnant se réalise selon des règles qui sont, je crois, propres à chacun. Sans oublier la pratique, l’expérience, et peut-être aussi un soupçon de talent… Un jour, à l’occasion d’une consultation à l’issue de laquelle je devais concevoir le nom d’une marque, on m’a demandé ma méthodologie… J’ai répondu « l’organisation du chaos ». Parce que oui, si l’acte créatif demande de la méthode, il n’en reste pas moins parsemé de mystère.

La mission de conception contribue à la mise en place de l’image de marque, qu’on appelle aussi territoire de marque, ou depuis quelques temps, histoire de marque. Parce qu’une marque possède une histoire, parce que son univers est une véritable narration, le travail de conception nous amène tout droit à la notion de storytelling. Mais ça, c’est une autre histoire…